Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 juillet 2016

la beauté est du dieu arrêté

 

l'homme est celui à qui une image manque. qu'il ferme les yeux et qu'il rêve dans la nuit, qu'il les ouvre et qu'il observe attentivement les choses réelles dans la clarté qu'épanche le soleil, que son regard se déroute et s'égare, qu'il porte les yeux sur le livre qu'il tient entre ses mains, qu'assis dans le noir il épie le déroulement d'un film, qu'il se laisse absorber dans la contemplation d'une peinture, l'homme est un regard désirant qui cherche une autre image derrière tout ce qu'il voit.
la fascination est la perception de l'angle mort du langage. et c'est pourquoi ce regard est toujours latéral.  

 

 

_le sexe et l'effroi - quignard__

 

1467042666127_edited.png

Commentaires

Aujourd’hui un toréador est mort : beauté du dieu arrêté ou beauté arrêtée d’un dieu.
A quoi nous obligent les muscles de cet animal, qui d’ordinaire auraient finis dans nos assiettes: à la mise en morceaux, en pièce arrêtée, du corps mouvant de l'humain dans le grand système pornographique.
Et ces steaks potentiels interrogent aussi notre rapport au mouvement et à l’argent.
Tauroemocion est un nom qui sonne comme Bygmalion : tant qu’il y a du mouvement, y a du fric à se faire. Circulez sans oublier votre écot à la société du spectacle, et vous ne verrez rien du monde.
Bref c’est toujours ce rapport à l’autre à travers l’espace et le temps, que le monde semble s’entêter à nous remettre en travers pour nous rendre intelligents. Diabolique !
Allez, aujourd’hui un certain David Brown semble être une icône qui pourrait agglomérer la nation américaine : un David brun contre le Goliath de l’argent NRA. Est-ce un autre atout de nos inconscients ou Trump est-il l’atout que le seul argent manipule.
Et si la beauté actuelle était simplement de l’humain sombre en mouvement dans la lumière argentée de la lune ? (tiens ça pourrait être une maxime yakusa...)

Écrit par : Francois | 10 juillet 2016

Un moment que je n'avais pas vagabondé ici. Comme toujours, du plaisir. Qui inspire et donne une envie de dévorer des livres, de décrocher, de penser ou de panser.

Bien le bonjour Marie.

Laëtitia

Écrit par : Lëti | 11 juillet 2016

Avec ce qui vient d'arriver à Nice, la beauté qui serait "de l'humain sombre en mouvement dans la lumière argentée de la lune" devient simplement monstrueuse. Mais est-ce que ce mouvement déclenché par ce détraqué pour d'autres détraqués est véritablement humain ?
Et là je pense que la fascination n'est pas la perception de l'angle mort du langage - il y aurait une possibilité de pensée derrière cette abstraction- , mais l'immersion, le naufrage humain dans l'angle mort du langage.
Pouhh!!

Écrit par : Francois | 18 juillet 2016

Écrire un commentaire