Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 juin 2016

qu'il pleuve

 

Si le bahjan est remarquablement exécuté, si la musique est là, alors il se peut qu'il pleuve.

 

 

20160612_211652.jpg

20160612_212045.jpg

qu'il pleuve

20160612_211652.jpg20160612_212045.jpg

05 juin 2016

*

1464790956412_edited.png1465129055056_edited.png20160601_162001.jpg

29 mai 2016

.

Je disais, m'étirant, ah c'est fou d'avoir dormi comme ça. Si vite. D'avoir dormi à pic. D'avoir plongé, verticale, dans un sommeil noir et doux. Silence. Fait le tour de mon corps. Lumière artificielle.
Et ça va durer quelques secondes la machine sur le visage ?
Quelques secondes exactement.
Parce que je me concentre facilement mais je suis chatouilleuse.

Silence, sourire dans le silence.

Mains métalliques, lumière artificielle.
Contre toute attente, nous rions aux éclats.
Aux éclats, puis dire, émus :

On a du mal à croire quand existent ces éclats-là, mais c'est une vie entière. À chaque fois.

 

 

 

Enfin j'ai fait un rêve génial où on explosait de rire

 

 

 

12 mai 2016

merci

 

 

Sortir du paradigme du gouvernement, c'est partir en politique de l'hypothèse qu’il n’y pas de vide, tout est habité, nous sommes chacun d’entre nous le lieu de passage et de nouage de quantité d’affects, de lignées, d’histoires, de significations, de flux matériels qui nous excèdent. Le monde ne nous environne pas, il nous traverse. Ce que nous habitons nous habite. Ce qui nous entoure nous constitue. Nous ne nous appartenons pas. Nous sommes toujours déjà disséminés dans tout ce à quoi nous nous lions. La question n’est pas de former le vide d’pù nous parviendrons à enfin ressaisir tout ce qui nous échappe, mais d’apprendre à mieux habiter ce qui est là, ce qui implique d’arriver à le percevoir – et cela n’a rien d’évident pour les enfants bigleux de la démocratie. Percevoir un monde peuplé non de choses, mais de forces, non de sujets mais de puissances, non de corps, mais de liens. C’est par leur plénitude que les formes de vie achèvent la destitution. La soustraction est affirmation et l’affirmation fait partie de l’attaque

 

 

 

* a nos amis - comité invisible - la fabrique

05 mai 2016

-

 

 

" je lui caressais le sommet du crane, entre les oreilles. Il a ouvert tout grand la gueule et baillé,

j'ai vu sa langue rose. "

 

*

 

 

 20160419_104227.jpg

   20160421_123842.jpg

 

20160427_190831.jpg 

21 avril 2016

_ rendre son regard

« Dans la forêt il faut toujours dormir sur le dos, visage découvert, explique Juanicu à l’anthropologue Eduardo Kohn qu’il guide. Si l’on dort ainsi, on est vu par le jaguar qui rôde comme « un soi », parce que l’on peut, dans cette position, rendre son regard au jaguar. Le jaguar me reconnaît symétriquement en tant que «  soi comme lui-même », et me laisse ainsi tranquille. Mais si l’on dort sur le ventre, visage caché, alors on est vu par le jaguar comme de la viande, et ce dernier n’hésite pas à attaquer. L’identité de l’humain (« soi » ou viande) change en fonction du regard que le jaguar porte sur lui. La manière dont les autres types d’être nous voient importe. Elle change les choses ." 

 

 

=====

 

 

 

* morizot

01 avril 2016

comment te dire que je t'aime, couleur

1459237200099_edited.png1459237235400_edited.png1459237261834_edited.png1459237308909_edited.png1459237362568_edited.png1459237398767_edited.png

20 mars 2016

je le regarde toujours et toujours le trouve différent.

20160317_094411.jpg20160317_094358.jpg1457781420947_edited.png

15 mars 2016

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

l u m i è r e

 

 

 

l u mi     è r           e

 

 

 

             l

09 mars 2016

_


 

 

 

{ son // dominique petitgand + des vagues de frehel  + un philosophe + un poème de desnos  }

m i n u i t silence

 

 

 

  • tulipes.jpg

 

 

 

 

06 mars 2016

.

IMG_5407.JPG

 

03 mars 2016

_

" Visible et mobile, mon corps est au nombre des choses, il est l'une d'elles, il est pris dans le tissu du monde et sa cohésion est celle d'une chose. Mais, puisqu'il voit et se meut, il tient les choses en cercle autour de soi, elles sont une annexe ou un prolongement de lui-même, elles sont incrustées dans sa chair, elles font partie de sa définition pleine et le monde est fait de l'étoffe même du corps. Ces renversements, ces antinomies, sont diverses manières de dire que la vision est prise ou se fait du milieu des choses, là où un visible se met à voir, devient visible pour soi et par la vision de toutes choses, là où persiste, comme l'eau mère dans le cristal, l'indivision du sentant et du senti.
Cette intériorité-là ne précède pas l'arrangement matériel du corps humain, et pas davantage elle n'en résulte. Si nos yeux étaient faits de telle sorte qu'aucune partie de notre corps ne tombât sous notre regard, ou si quelque malin dispositif, nous laissant libre de promener nos mains sur les choses, nous empêchait de toucher notre corps ― ou simplement si, comme certains animaux, nous avions les yeux latéraux, sans recoupement des champs visuels ― ce corps qui ne se réfléchirait pas, ne se sentirait pas, ce corps presque adamantin, qui ne serait pas tout à fait chair, ne serait pas non plus un corps d'homme, et il n'y aurait pas d'humanité. Mais l'humanité n'est pas produite comme un effet par nos articulations, par l'implantation de nos yeux, (et encore moins par l'existence des miroirs qui pourtant rendent seuls visible pour nous notre corps entier). Ces contingences et d'autres semblables, sans lesquelles il n'y aurait pas d'homme, ne font pas, par simple sommation, qu'il y ait un seul homme. L'animation du corps n'est pas l'assemblage l'une contre l'autre de ses parties ― ni d'ailleurs la descente dans l'automate d'un esprit venu d'ailleurs, ce qui supposerait encore que le corps lui-même est sans dedans et sans « soi ». Un corps humain est là quand, entre voyant et visible, entre touchant et touché, entre un œil et l'autre, entre la main et la main se fait une sorte de recroisement, quand s'allume l'étincelle du sentant-sensible, quand prend ce feu qui ne cessera pas de brûler, jusqu'à ce que tel accident du corps défasse ce que nul accident n'aurait suffi à faire... "

 

 

l'oeil et l'esprit. merleau ponty

 

 


12 février 2016

.

"Tant que la misère existe, vous n'êtes pas riches. Tant que la détresse existe, vous n'êtes pas heureux. Tant que les prisons existent, vous n'êtes pas libres."

 

jolimai.jpg

05 février 2016

- on faisait des médecines

le rêve de l'homme était d'abord en bois, ce n'est que plus tard qu'il devint une chimère voyageant de dormeur en dormeur; un rêve faisait du tapage lorsqu'il prenait fin, il tombait au sol comme un billot, il tombait des lits, il y avait beaucoup de bruit sourd dans les maisons du sommeil. au cours des hivers particulièrement froids, on attisait des feux avec des rêves, on s'y réchauffait, on avait l'art, même à partir de rêves inutiles de préparer des choses utiles, de leurs cendres encore chaudes, on faisait des médecines, quiconque les prenait pouvait pouvoir l'avenir;les femmes devinaient le sexe des enfants qu'elles portaient, les hommes les avalaient à la veille d'une expédition de chasse ou de guerre, ils se conformaient à leur verdict.

 

le soleil était un oeuf vert - artmann

 

madeleinefumant.jpg

08 janvier 2016

en modifiant sa forme

" A la peur qui sidère l'humanité, à la peur qui nous rend durs et cassants comme du verre, il faut opposer la puissance de la faiblesse : céder toujours à ce qui pousse, pèse, perce, envahit, submerge, en ployant, en modifiant sa forme, en se diluant, en s'éparpillant. je me suis mise à l'école de l'eau  pour devenir invulnérable  : glisser, couler, s'évaporer, ne tenir à rien, se diviser, s'infiltrer, ne plus arrêter la lumière, absorber les coups, ne jamais obéir à la voix,

 

diffracter les images" 

 

 

 

 

 

_____ en décembre, nous faisons des films pour entrer dans l'année pour entrer dans le film.

 

 

 

( musique Tonstartssbandht 5 ft 7 )

( texte extrait de david bosc - mourir et sauter sur son cheval )

 

 

 

 

 

 

 

04 janvier 2016

__

des livres
des livres entre les hommes
des espaces reliés et ouverts comme des livres entre les hommes
des corps comme des livres, reliés et ouverts, des corps d'hommes dignes et vivants comme des livres entre les hommes.
2016 enfin remis sur pieds, ne déclarera rien avant d'agir, et je le souhaite, offrira encore____

une petite fille aux mains terreuses expliquant que c'est son feutre qui dépasse. une dame aux oies devant qui l'on s'excuse d'avoir souillé l'entrée, rétorquant qu'on ne va pas marcher sur la tête non plus !

2016 offrira encore___

ta nuque enamourée de soleil, et tes yeux remis à leur bonne place par des aplats d'air et de lumière

du désir très calmement ardemment puissamment réparti

des messages, écran lumineux, textes minuscules, des messages que l'on attendra, lira en hâte, qui ne demanderont pas, inquiets, où l'on se trouve et si l'on est vivant, car nous le serons, vivants

 

et là.

 

entrons dedans.

01 janvier 2016

entrer dedans.

baignade.jpgmarie-jaune.jpg

plage2016.jpg

29 décembre 2015

là c'était comme fondre

dindons.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'abord dormi exactement comme cela venait, dans l'évidence de quatorze heures, le visage offert à deux ou trois rayons. La forêt sans saison, mais si belle, changeante, épaisse et profonde comme un tableau  :  en veilleuse de sommeil pour moi.
Dormir là c'était comme fondre, et toutes entières reviennent les lectures, les prénoms,les lèvres et les visages. Ils s'appliquent sur la peau à peine froissée au réveil.
Après des dindons roses et bleus riaient à chacune de mes phrases, pourtant secrètes, et je constatais, en demeurant longtemps près d'eux, que six jeunes coqs sont aussi curieux que des enfants si l'on se donne le temps de simplement être parmi eux. A quoi l'on rajoute pour compléter ma joie, dans la lumière de seize heures cette fois, le rouge baiser de leur tendre crête.