01 octobre 2014

^


30 septembre 2014

°

trente soleils font trente matins font trente rues font trente vélos et trente vestes à sequins noirs et trente palais sans murs et trente imaginations avec couleur
trente ardoises font trente toits et trente joies font trente soleils. trente paix font trente désirs et autant de célébrations.

 

 

 

 

 

A U G U R I

 

 

 

 

 

 

29 septembre 2014

=

le mal m'alimente et l'amendement du mal m'alimente

 

 

 

j'humecte les racines de tout ce qui pousse sur terre

 

Hélène-Amouzou-Musée-du-Quai-Branly-Photoquai-2011.jpg

21 septembre 2014

`

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   _____________________________________________ mon amour

 

 

 

 

 

 

 

*

 

 

 

fillette.jpg

 

 

 

 

 

 

.

 

L’orage avait sanctionné une après midi entière de ville imaginaire. Et désormais les gouttes grasses qui allaient du cuir rouge de la chaise, au zinc étrangement bleu du balcon, étaient des sourires, à peine ramassés sur eux-mêmes, mais tellement rutilants, tellement transparents aussi, tellement capables, comme des dents, d’arracher à quiconque la reconnaissance d’une humanité.

‘Enfin l’orage’ avait gueulé les jeunes hommes appuyés au garage à vélo en bas. Comme libérés d’eux mêmes et de l’obligation de veiller sur une ville qui ne cessait de se dérober en glissant doucement sur  l’odeur de la pisse. Enfin l’orage avait aussi pensé la vendeuse ennuyée et pulpeuse du café boulangerie, voilà, quelques minutes s’annonçaient sans aucun client indécis, car ils sont froussards, et frileux, et qu’un brin de pluie comme ça, un peu dur, un peu décidé, ça te les cloue jusqu’à dix neuf heures au pieu, heure de fermeture, heure de paix.

Et moi, cinquième étage, je comptais par la fenêtre les points imprécis mais beaux de la dentelle qui me servait de chance.

 

IMG_1760.JPG

 

18 septembre 2014

en langue de juin

 

Vous hésitez ; vous regardez en l’air, les fenêtres muettes d’un grand poète, et plus haut que les fenêtre le mois de juin : car c’est juin, les quatre pieds de ce trône bleu appuyé sur les toits. Et en même temps que juin, c’est l’évidence de la niaiserie poétique qui vous tombe dessus ; c’est elle qui est assise sur vous, c’est là-dessous que vous pantelez : car bien sûr en regard de juin, vos pièces à propos de juin sont pitoyables ; et sans aller chercher juin, qui est très haut et rebelle comme le Sens, en regard même de la langue, le petit code trafiqué, la donne grêle mais inépuisable où se fabrique le sens, pas même le sens, le jeu du sens, ce qui a l’air d’un sens, en regarde de cela aussi vos poèmes sont loin de tout compte ; et loin du vrai, vos vers, impuissants à traduire ce que vous êtes, ce vide souffrant qui est vous, en pure prière sans déchet. En langue de juin. Non, rien ne triomphe avec démesure dans le poème, ni juin, ni la langue, ni vous. Alors vous fuyez, vous êtes déjà à la gare d’Austerlitz, les trains dans le soir sont si beaux quand on s’est défait du fardeau de devoir en parler.

 

IMG_3452.JPG

 

 

 

 

rimbaud-le-fils-pierre-michon

12 septembre 2014

=

À chaque fois, être la pluie même et l'été à l'envers sur lequel elle s'écroule.  À chaque fois être aussi la peau lisse et brune des enfants. Et être leurs sauts. Et être la joie de leurs cuisses au moment de la flexion, et être leurs genoux. Etre, sans faillir, le cuir chevelu et la voiture qui passe. Être la promesse de la prochaine pluie. Se hisser à la hauteur de ce dévissage

 

 

 


08 septembre 2014

_

chacun subit son État antérieur

chacun subit sa police interne

chacun subit son père et sa mère

chacun subit ses Mânes

le réel est plus imprévisible que la langue qui nous en défend

le réel est plus indomptable que le monde

la soie provient d'un ver, le fil du cri du berceau, l’obéissance de la voix perdu du premier monde, le péché de l'obséquiosité, la peur de la vie, le feu des branches mortes, l'homme d'une vulve, le daimôn d'un miroir, les ailes de la lune, l'ange de la masturbation.

 

mourir de penser_ pascal quignard

05 septembre 2014

-

route-phalang.jpg

jesuisunchat*

les chats aiment la tension nerveuse. elle les attire comme une chaleur, comme un mouvement d'ondes, comme une électricité. les chats s'approchent irrésistiblement des êtres immobiles, inquiets, soucieux - ou même des êtres qui eux-mêmes s'approchent de la mort dans la plus grande stupeur. ils grimpent sur ceux qui cherchent intensément leurs mots dans le silence, leur ordre dans leur phrase, les doigts crispés sur un bout de crayon. ils s'installent de tout leur long sur les corps qui songent quelque chose qu'ils ne savent pas encore articuler.

l'augmentation de cette tension, du désir, de cette concentration de l'énergie passionnent autant la vie psychique qu'elle aimante les chats vers la chair qui les éprouve et qui les rameute dans son silence.

comme le rayon de soleil les aimante sur l'étagère où il se pose et qu'ils ont tôt fait de rejoindre pour s'y glisser. ou sur le bout de toit qu'il illumine entre les feuilles des arbres. il fait bon y reposer le corps comme auprès d'un feu de cheminée qui a soudain, curieusement, l'apparence d'une tuile, d'une ardoise, d'une page ou d'un homme.

 

car ce n'est pas l'écrivain qui aime les chats ni les chats qui aiment les écrivains. les chats aiment la pensée.

à la fin de la nuit, quand les chats quittent les coussins, quand tout à trac ils renoncent au point d'eau qui luit dans l'ombre sur le carrelage rouge de la cuisine, quand ils passent sans le voir devant le bol rempli de croquettes, quand ils gravissent avec leurs pattes de velours les marches de l'escalier qui monte à la chambre, quand ils poussent du front la porte ou qu'ils abaissent la poignée d'un coup de patte, ils ne grimpent pas sur le lit, ils ne piétinent pas le torse de leur maître pour le réveiller comme nous en avons, chaque aube, l'impression pénible ou irritée ; ils ont détecté de très loin l'arrêt du sommeil

ils se dirigent là où la pensée est plus chaude ils peuvent s'endormir avec confiance auprès d'un être dont la vigilance géante les protège

 

 

pascalquignard  ___mourirdepenser

31 août 2014

*

IMG_3816.JPG

29 août 2014

lay lai

nous n'aurons jamais assez d'un fleuve. ni assez d'une pirogue. et nous aurons tord. nous aurons toujours envie de partir vite après la pluie, pendant la pluie. alors qu'elle n'en a pas fini avec nous. nous n'aurons jamais assez d'un plat, un seul plat. un seul goût. car le pluriel est notre slogan. la lassitude n'est pas là.

je veux monter à mille sur un scooter. étendre mon k-way léopard. défaire Hanoi et Ventiane en mini-jupe.

de quel retour tu parles.

 

 

28 août 2014

mékong

 

 

 

HEURE DE BAIGNADE
LEVER DE LUNE
ÉTEINDRE LES MOTEURS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

18 juillet 2014

-


 

- Ta grand-mère vendait des fleurs et ton arrière-grand-mère aussi.
- Ah oui, c’est fou, je savais pas. Et toi tu vendais quoi ?
- Oui c’est fou.
- Tu vendais quoi ?
- Des dieux.
- Ah oui ( je souris ) tu vendais des dieux, genre des p’tites statues ?
- Non des vrais dieux. Pas cher.
- Et on t’achetait des dieux pendant qu’on achetait des fleurs à ta mère ?
- ….
- Et tu penses qu’on va terminer mon costume de sirène ?
- Qui sait.  

 

 

 

sirène.JPG

 queue-sirène.JPG

 

 

 

 

 

15 juillet 2014

.

autour de la table nous ravalons des heures de discussion restées dans des nuages de stockage. en attente et sans bande son. nous ravalons de vieux cauchemars de jeunes filles, trépignons d'impatience devant les barrières molles de nos limites, de n'être plus au carrefour, au rebord des désirs, au devant des maisons. il y a une chanson qui dit je suis contre les chastetés, mais nous aussi à la fin ! nous ne voulons pas seulement être enlevées ou ravies à nos pères comme les sabines, nous voulons de nous-mêmes, et en souriant, prendre la clefs des champs des villes. maintenant.

toujours avec E., on dit toujours cela entre la rage et la joie de nous sentir si vivantes et l'on sait qu'en secret, c'est après un train d'avance que l'on court. 

 

photo 1 (1).JPGphoto 3.JPG

11 juillet 2014

les folles sont reines


03 juillet 2014

.

 

 

 

 

 

 

tout à fait indépendamment.

 

 

 

 

 

 

26 juin 2014

la meilleure façon d'être vivant c'est d'être vivant


:

1. Le vent se leva dans la nuit et emporta tous nos projets.

(Proverbe chinois)

5. Raconter des histoires parmi les pauvres a un secret : les histoires sont racontées pour qu’on puisse les écouter ailleurs, où quelqu’un, ou peut-être une foule de gens, sait mieux que le conteur ou que les protagonistes de l’histoire ce que la vie veut dire. Les puissants ne peuvent pas raconter d’histoires : les forfanteries sont le contraire des histoires, et toute histoire, même si elle est timide, doit être sans peur : or les puissants vivent aujourd’hui les nerfs tendus.

Une histoire renvoie la vie au jugement d’un autre juge dont la sentence est plus définitive et qui se trouve très loin du lieu où se raconte l’histoire. Ce juge peut se situer dans l’avenir, ou encore dans un passé qui est encore attentif, ou encore par-delà les montagnes où la chance du jour a changé (les pauvres doivent souvent parler de bonne ou de mauvaise chance), si bien que les derniers sont devenus les premiers (1).

Le temps de l’histoire (le temps à l’intérieur de l’histoire) n’est pas un temps linéaire. Les vivants et les morts se rencontrent, s’écoutent et se jugent à l’intérieur de ce temps, et plus on a l’impression d’un grand nombre d’auditeurs, plus l’histoire devient intime pour chacun d’entre eux. Les histoires sont une manière de croire que la justice est imminente, et cette croyance peut à tout moment mettre aux prises avec une extraordinaire férocité enfants, femmes et hommes. C’est pourquoi les tyrans redoutent les histoires : toutes, d’une certaine manière, renvoient à celle de leur chute.

10. Les multitudes ont des réponses à des questions qui n’ont pas encore été posées et la capacité de survivre aux murs. Ce soir, avec deux doigts, suis le tracé de ses cheveux avant de t’endormir.

john berger