Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 janvier 2014

je promets des circulations

ce quignon de pain au museau noir,
ce commencement de preuve, cet espoir,
on l'entame avec le couteau du pauvre
qui s'ouvre toujours vers l'estomac,
vers la faim et sa pointe douloureuse
vers la pointe et son éclat.

au pays des résiniers mal résignés
les pins restent dans l'alignement, même brûlés,
alors qu'autour d'eux sur le sable
se tiennent des lézards dont la queue admirable
comme le couteau du riche à la lame libre,
couteau qui se suffit à lui-même, il permet l'évasion,
au commencement de preuve il donne une conclusion,
une suite légendaire,une fable mouvante,
un paradis avec frondaisons renaissantes,
couteaux, couteaux, ouvrez la porte, et moi je promets,
de mettre en circulation une forêt.

 

IMG_2134.JPG

IMG_2136.JPGarbre_lumière.jpg

Commentaires

au périmètre des dépendances, la quête d'un centre de désintoxication.

Écrit par : r | 18 janvier 2014

Écrire un commentaire